Partager sur

Décrochez-vous vraiment pendant les vacances ?

3 novembre 2022

Auteure
Clémence Phelip

Et si se reposer était finalement plus compliqué que de se lever chaque matin pour affronter un planning chargé ?

On associe bien souvent les vacances à l’opportunité de rattraper tout ce que nous n'avons pas le temps de faire le reste de l’année. Or de nombreuses études démontrent l’importance de ces moments de déconnexion. Au risque de vous décevoir, votre cerveau ne possède pas les mêmes propriétés que la malle de Mary Poppins, extensible à l’infinie. Il est parfois nécessaire d’y faire le vide afin de faire le plein d’énergie et d'idées nouvelles.

Gagner en créativité et en productivité passe par s’accorder du temps, dégager des moments pour soi et profiter pleinement de l’instant présent. Et comme les vacances commencent d’abord dans la tête, découvrez notre mode d’emploi pour tirer le meilleur parti de ce chapitre qui n’appartient qu’à vous !

 

5 préceptes pour décrocher

01. Préparer sa déconnexion

Les vacances ne se préparent pas à la manière d’un retroplanning, avec pauses chronométrées et deadline serrée. Planifier a minima sa déconnexion permet de partir l’esprit léger. Avant de fermer sa session d’ordinateur et de se retirer, temporairement des réseaux sociaux, on prend le temps de paramétrer un message d’absence sur sa boîte mail, de noter ses codes d’accès sur un carnet (attention aux codes que l’on fait sans y penser et que l’on perd au retour des vacances), on programme des messages pour les réseaux sociaux et on délègue les tâches urgentes. Ainsi, plus aucune raison de scroller à toute heure du jour et de la nuit. Important aussi de préparer une To Do List de rentrée pour faciliter sa reprise.

02. Détoxifier son corps et son esprit

Décrocher est un exercice difficile. Nous sollicitons en permanence notre corps comme notre esprit dans la réalisation d’une multitude de tâches quotidiennes. Pour rompre avec l’agitation journalière, il est incontournable de s’attarder sur le soin de soi. Cuisiner léger et réduire sa consommation de café, pratiquer une activité physique, marcher et méditer (de nombreuses applications vous permettront de vous lancer) sont autant d’activités qui offriront à votre corps et à votre esprit la possibilité de s’aligner tout en éliminant stress et toxines. Important d’être en action pour ne pas s’effondrer sur le canapé devant une série !

 

03. Se chouchouter

Ne vous oubliez pas, même si vous avez choisi d’être bien entourée. Préservez des moments privilégiés sous le signe de la détente et du plaisir. Un massage, une sieste quotidienne, un bon roman, une séance de cinéma en solo, un thé dans un joli salon… Laissez-vous aller à la rêverie, l’évasion ne passe pas toujours par la destination mais par le voyage intérieur.

04. S’essayer à de nouvelles expériences

Profitez de ces instants pour suivre la liste de vos envies (au moins une par jour!). Une visite insolite, une exposition qui vous tente, une activité que vous rêvez de tester, une personne avec qui vous souhaitez passer du temps, une recette nouvelle, un cours de peinture, l’écriture d’une poésie… Lancez-vous le défi d’essayer une chose inédite chaque jour pour stimuler votre curiosité. L’inconnu nous ouvre à de nouvelles perspectives, élargit votre vision et permet de remettre en question vos schémas de pensée. En prime, vous ferez ainsi le plein d’histoires à raconter à votre retour de vacances.

 

05. Faire le tri

Une activité qui en entrée ou en fin de vacances peut participer à votre détente : le tri, le rangement, le désencombrement, la réorganisation…
Triez, classez, jetez ou donnez et vous y verrez plus clair dans votre vie et vos vacances ! Grand ménage de printemps dans votre tête garanti ! Et comme l’indique la célèbre Marie Kondō, si vous hésitez, posez-vous la question de “est-ce que cet objet m’apporte de la joie ?” et si tel n’est plus le cas, mettez-le dans la pile à porter au recyclage, sans oublier de le remercier d’avoir été dans votre vie !

Le saviez-vous ? 💡

Le principe de déconnexion est une pratique intemporelle. Dans l’antiquité, Sénèque faisait l’apologie de l’otium et ventait la nécessité de savoir détendre sa pensée. Au siècle des lumières, c’est Rousseau qui soulignait l’importance de la rêverie. Hermann Hesse vantait quant à lui les mérites de ces moments “d’interruption” qui permettent de se reconnecter pleinement à soi-même.


D'autres articles peuvent vous intéresser

Recevez notre newsletter
inspirante et motivante